Service d'hiver

Pendant la période hivernale, des dangers spécifiques liés aux conditions climatiques apparaissent sur les routes. C’est donc au SPW Mobilité et Infrastructures qu’incombe la responsabilité du maintien des conditions minimales de circulation.

 

En vue d’améliorer les conditions de circulation, le service d’hiver, dont les épandages sont régulièrement évalués et reprogrammés, est organisé chaque année du 15 octobre au 15 avril.
 

Pour pouvoir décider des mesures à prendre et coordonner les opérations, il faut :

  • Connaître le terrain ;
  • S’informer sur les conditions météorologiques ;
  • Faire appel aux inspecteurs de réseau ;
  • Consulter les données du système Météoroutes, outil accessible au SPW et aux autres gestionnaires de voiries.

 

Concernant l’épandage, le stockage et la gestion du sel, les quantités en stock sont calculées en fonction de l'hiver, qu'il soit doux, moyen ou rude. Plus de 1.200 personnes sont mobilisées sur le terrain lors des offensives hivernales. 4 équipes de 2 à 3 personnes se relaient 24h/24 au sein de chaque district wallon pour assurer le service d’hiver. Au total, ce sont 660 engins d'épandage ou de déneigement qui interviendront sur plus de 8.000 km de routes et d'autoroutes du réseau régional wallon !

 

L’épandage préventif se fait avant l’apparition de givre, de verglas, de chutes de neige ou de pluies verglaçantes, ce qui permet de consommer jusqu’à quatre fois moins de sel.

 

En ce qui concerne les informations météorologiques, 52 stations wallonnes sont croisées afin de suivre l’évolution de la situation sur le terrain en temps réel.

  • 16 stations « prévisionnelles » récoltant les informations sur les vents, les précipitations, la température et l’humidité de l’air et disposant de capteurs au sol pour la température du revêtement et l’état de la chaussée.
  • 36 stations « opérationnelles » comportant un nombre réduit de capteurs et complétant la couverture du territoire wallon.


Ce système, appelé Météoroutes, est un outil d’aide à la décision développé par le SPW Mobilité et Infrastructures. Il récolte les données météorologiques enregistrées par des stations réparties sur le territoire wallon pour analyser l’évolution de la situation. Celui-ci permet également de connaître en permanence l’évolution de l’épandage et le volume des stocks de sel.

 

Accéder gratuitement à l'outil Météroutes

 

Toutes les informations Météoroutes sont mises gratuitement à disposition d’autres gestionnaires de voiries.

Au moyen d’un mot de passe, 200 communes y ont ainsi accès.
La consultation des données se fait via internet sur le site de Météoroutes.
Vous pouvez consulter ces informations à partir de n’importe quel ordinateur ou au moyen de GSM via la 3G ou la 4G.
Pour un accès gratuit, contactez par mail le SPW Infrastructures à l’adresse : dgo1-23@spw.wallonie.be .

 

Coordination des mesures prises

 

La coordination des mesures mises en œuvre se fait au sein de la cellule d’Action routière (CAR) composée du Centre régional de crise de Wallonie ( CRC-W), de la Police fédérale de la route, du centre PEREX et des gestionnaires du réseau.

Les interventions comportent 3 phases :

  • Phase de vigilance renforcée :
    Cette phase implique une évaluation permanente du réseau afin de prendre les mesures adéquates. Tous les moyens disponibles en personnel et en matériel sont mobilisés.
  • Phase de pré-alerte routière : 
    Cette phase est déclenchée par la cellule lors de fortes chutes de neige ou de pluies verglaçantes. L’objectif, à ce stade, est d’assurer le maintien de la mobilité et d’informer tous les acteurs concernés.
  • Phase d’alerte routière :

Lors de cette phase, la cellule peut décider de restreindre la mobilité, voire d’interdire la circulation des poids lourds articulés. Le CRC-W recommande alors à tous les usagers de limiter au maximum leurs déplacements sur la route. Les canaux d’informations à destination du grand public sont mis au fait de la situation et les engins de déblocage sont déployés.

 

Un protocole d’accord visant à mieux coordonner la gestion de ce genre de situation a été signé à l’initiative de la Wallonie, du Grand Duché de Luxembourg, de la France et de la Flandre prévoyant ainsi un échange des éléments techniques de connaissance des réseaux (cartes officielles, localisation et capacité des zones de concentration de poids lourds,…).